Chargement...

La vraie histoire de la trottinette freestyle en France

- Catégories : Conseils , Lifestyle

Des débuts modestes au phénomène mondial, voici la vraie histoire de la trottinette freestyle en France racontée par ses pionniers.

De l'amusement à la professionnalisation

La trottinette c’était d’abord un sport de “gamins”, des enfants qui jouaient sur des skateparks avec leurs engins à deux roues selon Kevin Demay. Et pourtant, aujourd'hui Kévin est un adulte, trotirider reconnu, et mondialement connu pour les avancées technologiques qu’il a apporté à son sport, la trottinette freestyle.

Aujourd'hui à la tête de la multinationale Ethic DTC, il n’en est plus à son coup d’essai avec la trottinette freestyle, depuis plus de 10 ans il se démène pour faire évoluer et légitimer cette discipline auprès du grand public.

En effet, ce sport extrême, reconnu à travers le monde, a parcouru un long chemin pour atteindre son statut actuel. C’est un peu avant les années 2000 qu’il émerge en France, tout droit importé de chez nos amis outre atlantique, aux USA. Ismaël Osman, AKA Isma, 38 ans, se souvient encore de ses débuts modestes en région parisienne : “J'ai commencé à faire quelques sauts de trottoirs, fakies et 3.6 juste pour rigoler à l'apparition des JDBug MS130B. J'ai vite arrêté quand j'ai vu que ça prenait du jeu de partout. Je faisais du skate à cette époque, je devais avoir 15 ans”. Vingt-trois ans plus tard, la trottinette se voit offrir un potentiel avenir aux jeux olympiques, le moins que l’on puisse dire c’est que l’on est, à présent, bien loin du sport de gamins.

Les débuts modestes de la trottinette freestyle en France

Isma, originaire de Cergy-Pontoise dans le Val-d'Oise, a commencé son aventure dans le monde de la trottinette freestyle vers l'âge de 15 ans. Initialement skateur, il a rapidement été influencé par des amis riders, tels que David AKA Bistou ou encore Charles Cantin  AKA “Tepi”. Tepi était un rider hors norme qui avait son propre style. C'est dans cette ville du 95 que tout a commencé : “On faisait du trial avec des trott' en tous genres dans la colline , ayant pour but de monter toutes les marches uniquement sur la roue arrière sans poser un pied à terre“. Sans le savoir, la trottinette freestyle était en train de naître en France.

Au fil du temps, la bande de potes s’est élargie et l’amitié a fait le reste. De skatepark en spot de street, et de tricks en prises de risques, leur détermination à repousser leurs limites s’est renforcée. C'est à cette période que la discipline de la trottinette freestyle a connu son essor en France. En effet, une dynamique commune autour de la trottinette freestyle était visible dans plusieurs communautés sur l’ensemble du territoire.

La naissance des marques et de la communauté

L'ascension de la trottinette freestyle en France a amené de nouvelles contraintes aussi bien en termes de matériel que pour s'organiser entre riders.

Au début, les riders utilisaient des trottinettes peu adaptées aux acrobaties. La trottinette JD Bug MS130B était populaire mais très fragile. Il fallait jouer de ruse et de bricolage pour la renforcer et la rendre plus durable et adaptée à la pratique extrême. Maxime Le Grand AKA le baron, s’en souvient très bien : ”Ma première trott' était une JDBug qui trainait dans le garage mais sinon, oui s’était plutôt galère de s’équiper. On faisait les brocantes et on renforçait les trott' comme on pouvait”.

Trottinette JDBug Ms130b

Il faudra attendre les alentours de 2007 avant de voir apparaître les premières pièces et marques spécialisées telles que Metal Core Wheel et French.ID. C'est également à cette période que Nomadeshop a commencé à commercialiser de la trottinette. Les riders actuels sont aujourd’hui inondés de marques, de références, de styles de ride, mais au début du sport, réussir à rider était une combinaison d’expérience, de bricolage, d’adaptation et surtout d’entraide entre riders. C’est pourquoi, avant même l’arrivée des réseaux sociaux, un passionné a eu l’idée de créer une plateforme pour les “trotirider”.

C'est le forum Trotirider, créé par Fabien Delos. Ce forum a joué un rôle essentiel dans la consolidation de la communauté de riders en Île-de-France et en France. Il a permis aux passionnés de se rencontrer, d'organiser des sessions et de partager leurs expériences.

D'après Maxime Le Grand, ”le forum TR c’était LE spot à l’époque. Ça fait boomer ou vieux con, mais avant il n'y avait pas les réseaux sociaux et on était tellement peu à pratiquer que pour faire des rencontres, organiser des sessions ou même poster des vidéos, c’est là que tout se passait !”

 “Delos” a même créé la plateforme “Trotitube”, une sorte de YouTube uniquement pour la trottinette freestyle. A l’époque c’était l’endroit pour se tenir au courant des derniers  "world firsts," et des tricks inédits. Note du rédacteur : tapez Kilian LARHER, vous trouverez des pépites exclusives.

C’est grâce à ce forum que des premiers événements ont pu voir le jour et certains spots, aujourd'hui disparus, sont devenus mythiques en France et même dans le monde. Une pensée à tous ceux qui ont connu le spot de Bercy, avec ses blocs emblématiques, ses boudins et les 18 marches qui ont cassé plus d’un deck et pas mal de jambes.

Les lieux emblématiques de la trottinette freestyle

Le skatepark “rouge”, récupéré par la ville de Cergy Saint-Christophe après l’événement des 100 contests, le skatepark en béton de Melun ou encore les blocs de Bercy ne sont que quelques références parmi toutes celles qui étaient mythiques pour nos riders “OG”, et qui ont créé la légende française en trott.  Mais ça n’a pas toujours été simple, il a fallu parfois hausser le ton pour se faire accepter, en tant que petit dernier derrière le skate, le BMX et le roller. C’est en tout cas les souvenirs que nous relate Isma : “je n'étais pas friendly avec les haters, au risque qu'ils se fassent virer par la force de leur propre park”.

Skatepark de Cergy (Saint-Christophe)

Cela étant, Ces endroits ont non seulement été le théâtre de l'apprentissage de nombreux riders, de beaucoup de world firsts mais aussi le lieu de rassemblement de la communauté avec l’apparition des premières compétitions : les “contest”. 

C’est ainsi que sur le spot emblématique de Bercy, les premières “street jam” voient le jour (environ 2010). Ce sont des contests sauvages sur des spots de “street”, des escaliers, du mobilier urbain avec lequel on peut réaliser des figures. C’est le premier évènement qui a permis au monde entier de reconnaître la scène freestyle française pour son talent et sa singularité. Maxime s’en souvient comme si c’était hier : ”Bercy c’est là où a été organisée la première jam à paris. J’allais pas mal là-bas à l’époque, parce que c’était simple en transport et qu'il n'y avait pas autant de skatepark que maintenant.”

La professionnalisation de la trottinette freestyle

Il faudra attendre longtemps pour voir émerger les premiers pro-riders soutenus par des marques assez solides pour subvenir aux besoins de plusieurs riders. Cette transition s’est clairement opérée entre 2010 et 2012 lorsque la trottinette freestyle a connu un gros “BOOM”. Kévin aime à dire que s’achève alors la “préhistoire de la trottinette” freestyle. À cette époque, beaucoup d’investisseurs voient dans la trottinette un potentiel d’évolution important et des dizaines de marques entrent dans la partie. Entre marques concurrentes, usines chinoises re-brandées, multinationales qui surfent sur le Buzz de la discipline et passionnés comme Kévin qui tentent de tirer leur épingle du jeu, la trottinette freestyle a rapidement perdu "son âme pure et un peu innocente". C’est à présent un marché à plusieurs millions d’euros qui prolifère dans le monde entier et avec tout ce qui s'ensuit : compétitions, vidéos, innovations etc.

Maxime avait bien flairé cette bascule à l’époque, mais encore aujourd’hui, vivre de la trottinette freestyle n’est réservé qu'à une minorité et les perspectives d’avenir à long terme restent très élitistes.
”Oui je pense que c’est vers la fin du lycée quand Addict est arrivé que je me suis dit qu’il y avait moyen de faire des sous et d’en vivre. Mais finalement même avec des decks pro-modèle, guidons et plein d’autres pièces… Ce n'était pas vraiment le cas. Je touchais à peine 500€ par mois et j’étais toujours chez mes parents. Du coup quand Éric Rabl m’a dit qu’il voulait ouvrir un shop à Paris, je lui ai dit que j’étais chaud de taffer ! Pendant deux ans, j’ai jonglé entre taff, compétition et filmer des vidéos.

Ensuite le shop a fermé, du coup plus de taff… Heureusement, un peu avant ça keke (Kevin Demay) avait lancé Ethic DTC et, comme je voyais qu'avec Addict c'était au point mort et qu’ils refusaient le multi-sponsor qui était obligatoire pour que je gagne assez d’argent pour en vivre, je suis monté dans le train Ethic. 

Ce fut la meilleure décision de ma vie, du coup j’étais sponso Ethic et Urbanartt.

Conclusion

L'histoire de la trottinette freestyle en France est celle d'une passion qui a évolué pour devenir un sport reconnu à l'échelle mondiale. Grâce au dévouement et à la persévérance de riders comme Ismaël Osman et Maxime Legrand, Delos, Kilian Larher ou Kevin Demay, la trottinette freestyle a conquis le cœur des amateurs de sports extrêmes et continue de repousser ses limites. Alors que la communauté des riders en France a grandi, les premiers pionniers ont joué un rôle essentiel dans l'élaboration de ce sport et dans sa professionnalisation. Avec une nouvelle génération de riders talentueux prêts à prendre la relève, l'avenir de la trottinette freestyle s'annonce prometteur. Alors que les championnats de France et du monde n’en sont plus à leurs coups d’essais, on entend de plus en plus de rumeurs sur les jeux olympiques. Peut-être un jour aurons-nous un médaillé d’or français ou même une flamme olympique portée par un trotirider. Quoi qu’il en soit, la trottinette freestyle continue de faire rêver comme elle a fait rêver nos pionniers français.

Voir l'interview de Kevin Demay, créateur de ETHIC DTC. Et si cette histoire t'a motivé à te lancer dans la trott' freestyle, va voir notre gamme complète !

Partager ce contenu

Découvrez d'autres articles Lifestyle
[VIDÉO] Street vs Park

[VIDÉO] Street vs Park

La trottinette freestyle en street et en skatepark ça n'a rien à voir. Votre hôte Kilian Larher, youtubeur trottinette freestyle vous explique tout dans cette vidéo !

[VIDÉO] Ride&Explore épisode 1 : PJ Martini au Plessis-Robinson

Découvre le premier épisode de Ride&Explore, une série de vidéos qui présente 1 rider et 1 skatepark. Anecdotes, bonne humeur et bien sûr tricks dans tous les sens au programme !

Interview de Kevin Demay, créateur de ETHIC DTC

Découvre les coulisses d'ETHIC DTC avec l'interview exclusive de Kevin Demay. Plonge dans l'univers captivant de la trottinette freestyle !

Interview d'Apollon, le jeune prodige de la trott' freestyle

A 2 ans et demi il faisait du vélo sans les roues et a 3 ans il rentrait déjà des backflip sur le sol. Apollon et son père qui l'accompagne en compétitions ont répondu à nos questions.

Les spots de roller à Paris et ses alentours

Paris est la ville de l'amour mais, aussi une ville remplie de spots. Nous vous avons fait un récap de certaines pépites mais, d'autres sont encore à trouver !