Jérémy

  • Prénom : Jérémy
  • Né : le 13 novembre 1991
  • Ville : Houilles
  • J’ai atterri à Nomadeshop : en septembre 2011

Quel est ton parcours ?

J’ai fait des études de commerce classiques : un BEP vente-action marchande, après j’ai fait un Bac Pro Commerce et ensuite j’ai fait un BTS MUC – Management des Unités Commerciales. Donc je les ai eu tous les trois. Avant le BTS en BAC Pro je travaillais aux Galeries Lafayette, j’étais Assistant Manager sur l’espace créateur. Ensuite, toujours en Bac Pro dans le cadre de mon diplôme européen on est partis travailler en Espagne pendant plus de 6 mois.

Comment as-tu rejoint la team Nomadeshop ?

J’ai fait mon BTS en alternance à Nomadeshop. La première année j’étais juste Vendeur, la deuxième année on m’a passé Responsable Rayon en alternance, et ensuite on m’a embauché directement ici.

Et depuis les sports de glisse font partie de ta vie ?

Je ne fais pas du tout de sports de glisse. J’ai fait du roller, de la trottinette comme tout le monde quand on est enfant. Par contre quand je suis arrivé ici, j’ai bien adhéré, j’ai bien kiffé l’esprit, je me suis intéressé plus particulièrement à la trot’. Ça fait qu’au final je suis devenu presque un expert en trott’ freestyle. Et par contre je sais aussi très bien monter, je suis bricoleur ! Du fais que je sois bricoleur, je sais très bien faire tout ce qui est réparation, des choses comme ça.

Comment peux-tu décrire l’univers de la trottinette freestyle ?

Ça change totalement, c’est pourquoi je suis là après tant d’années. Moi, je viens d’un milieu de luxe, et la trott’ pour moi c’est un milieu qui est plus ouvert, on est moins en train de te juger, si tu viens pas du même milieu. c’est plus simple, plus cool.

Et si tu devais décrire l’esprit Nomadeshop ?

C’est une grande famille. C’est ta deuxième famille : tu as la famille que tu as chez toi et quand tu viens ici, t’as la deuxième. C’est carrément ça. C’est juste une grande famille et on ouvre nos portes. On fait partager le sport qu’on aime et les disciplines qu’on aime.

Comment vois-tu l’entreprise dans 10 ans ?

J’espère qu’on va se développer quand même, qu’on va prendre un peu plus d’importance, qu’on va rester les numéro 1.