BLAZERPRO BANGERS 2019 UK TOUR

Cet été nos 2 pro-riders Kilian Larher et Maël LARHER ont réalisé un voyage en Angleterre avec l’un de leurs sponsors : Blazerpro scooters. Ce « Trip » promotionnel de 5 jours à travers les skate-parks de l’ouest du Royaume-Uni avait pour but de promouvoir une nouvelle gamme de matériel. Nous avons profité de leurs retours en France pour poser différentes questions à Kilian et comprendre comment se déroule un tel voyage, quotidien des riders de haut niveau.

Comment s’organise et se décide un « trip » de ce genre ?

La plupart du temps c’est notre sponsor qui nous envoie un mail pour nous proposer le projet. Pour ce voyage il nous a simplement demandé si on était disponible fin Aout pour un trip en Angleterre. Nous n’avions pas beaucoup plus d’informations. Ce qu’il faut savoir c’est que blazerpro scooters est à l’origine une marque Anglaise. Pour notre part, nous sommes gérés par une branche française de l’entreprise et même si nous avons des interactions avec l’équipe Anglaise il est rare qu’il y ait des projets communs. On était donc très enthousiastes pour ce projet et nous avons directement répondu présent.

Donc ensuite, comment ça se passe ? On vous envoie des billets d’avions et c’est parti ?

Si l’on devait résumer, c’est un peu ça. On a été mis en relation avec la team manager de la team Angleterre, Hannah, et c’est avec elle que l’on a géré toute la partie administrative. D’ailleurs c’était un peu tendu car Maël n’avait qu’une carte d’identité pour quitter le territoire français et qui expirait 2 jours après notre retour, mais c’est passé !

Autrement, l’avion ce n’est pas le moyen de transports préférés des riders car c’est toujours galère pour les trottinettes. Elles doivent être mises en bagages spéciaux et on n’est jamais à l’abri qu’elles soient perdues. Cette fois-ci on avait pris une grosse valise avec Maël pour mettre nos decks et on a scotché nos bars sur l’extérieur de la valise. C’était « ghetto » mais c’est passé à l’enregistrement et on a bien récupéré tout ça à l’atterrissage.

Atterrissage en Angleterre et l’aventure commence ?

Oui, c’est ça. On avait seulement quelques informations arrivée en Angleterre : le numéro de Hannah, ses indications et la liste des skate-parks que nous allions visiter. Finalement, nous avons été très bien accueillis à l’aéroport par Hannah et notre photographe Sam qui nous ont managé et suivi tout au long du trip.

Nous avons ensuite rejoins les autre riders Anglais du team, Ross, Regan et isaac et on a rejoint un Airbnb à Bristol qui serait notre QG pour les jours à venir.

Comment ça se déroulait après, chaque jour un skatepark différent ?

Oui, nous avions 3 skatepark dans lesquelles des meetings avaient été annoncé : Rush skatepark, campus Skatepark et Terminal 1. Ce qui a été génial c’est que les premiers jours on devait faire un shooting photo en extérieur mais il pleuvait. Nous sommes donc allés au skatepark rampeworld, un espace indoor gigantesque et typiquement anglais avec d’énormes modules. Pour deux français comme nous, qui ne connaissons que les structures limitées que l’on trouve en France, c’était le paradis. On a donc pu réaliser énormément de photo et vidéo avec toute la team, c’était vraiment un bon souvenirs.

D’ailleurs ça me fait penser que nous n’avions pas pu avoir la voiture de location souhaité, un van, et donc on se déplaçait avec la voiture personnelle de Hannah dans laquelle on était super serré. C’était assez drôle de devoir jouer a Tetris avec les trotts, sacs, appareils, goodies et même avec nous, les riders.

Et alors, pendant les meetings, que faisiez-vous ?

Le format des meetings était très cadré et toujours identique. Nous arrivions au skate-park en matinée ou milieu de journée. Là, on pouvait rider et on essayait de faire des images avec Sam. Ensuite il y avait ce qu’ils appellent une « progression session ». Le but était de rouler avec les fans présents et de les aider dans leurs apprentissages du moment. Les plus méritants étaient récompensés avec des lots. Et pour finir le meeting, nous réalisions une séance de dédicaces et photos, ça nous faisait des bonnes journées.

Une dernière chose à nous dire ?

Ce trip n’a duré que 5 jours, mais il était vraiment intense. C’est impossible de raconter toutes les anecdotes de ce voyage en quelques questions mais nous avons réalisé une vidéo ave Maël dans lequel il y a pas mal d’images inédites. Elle est disponible sur notre chaine YouTube. Par exemple Maël s’était ouvert le tibia très profondément dès le premier jour mais il ne voulait pas aller à l’hôpital et risquer de compromettre son trip. Comme nous n’avions pas de désinfectant, on a réparé ça avec du gel hydro-alcoolique et du scotch.

Quels sont vos prochains trips ?

Depuis les Vibrations Urbaine en Octobre dernier, les championnats de France de trottinette freestyle ont officiellement commencé. On va donc se déplacer sur chaque étape et la prochaine se déroule à Marseille en Janvier.

Aucun commentaires

Laisser un Commentaire